Et si les champignons de Tchernobyl étaient utilisés comme bouclier anti-radiation par les astronautes ?

Et si les champignons de Tchernobyl étaient utilisés comme bouclier anti-radiation par les astronautes ?
Voyager dans l’espace n’est pas du tout chose facile, et parmi les difficultés auxquelles les scientifiques doivent faire face pour préserver le bien-être des astronautes durant les voyages spatiaux, il y a la protection contre les radiations spatiales. Les chercheurs essaient ainsi de trouver le meilleur moyen de bloquer ces radiations néfastes, surtout qu’un des objectifs de la NASA est d’envoyer les premiers astronautes sur la planète Mars.

Dernièrement, une équipe de scientifiques de l’Université de Caroline du Nord, à Charlotte, et de l’Université de Stanford a commencé à étudier la possibilité d’utiliser un certain type de champignon pour se protéger des radiations. Le champignon dont on parle ici est un champignon que l’on a retrouvé en train de pousser dans certains des réacteurs nucléaires détruits de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl.

Crédits Pixabay

Comme l’indique l’article que les scientifiques ont téléchargé sur le site de pré-impression bioRxiv, l’utilisation des champignons pourrait être une solution peu coûteuse pour se protéger des radiations spatiales.

Pourquoi des champignons ?

L’on pourrait se demander comment des champignons pourraient protéger contre les radiations. Eh bien, il se trouve que les chercheurs ont découvert qu’une variété de champignon a réussi à survivre et à s’épanouir au cœur d’un environnement des plus radioactifs puisqu’il s’agit d’un réacteur de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine.

D’après les tests effectués sur ces champignons, ces derniers seraient capables d’absorber les radiations et de les transformer en énergie qu’ils utilisent pour eux-mêmes. Pour en savoir plus, les chercheurs se sont arrangés avec la NASA pour pouvoir tester une des espèces retrouvées à Tchernobyl, qui est Cladosporium sphaerospermum, directement au niveau la Station Spatiale Internationale.

À lire aussi : Retour sur le pied d’éléphant de Tchernobyl

Les résultats des tests

Pour pouvoir évaluer la capacité d’absorption du champignon, les chercheurs ont enduit une partie de la face d’une boîte de Pétri avec ce dernier tandis que l’autre partie a été laissée pour servir de contrôle. Cette boîte de Pétri a ainsi été observée par les astronautes une fois sur l’ISS. Un détecteur a été placé au dos du récipient pour mesurer le taux de radiation qui a pu passer au travers.

Après une période d’observation de 30 jours, les scientifiques ont pu constater que la quantité de radiation qui est passée à travers la partie couverte de champignon a été réduite de 2% comparé à ce qui a été mesuré au niveau du contrôle.

D’après les scientifiques, une réduction de 2% n’est pas vraiment suffisante pour servir directement de bouclier de protection. Toutefois, cette expérience indique qu’il s’agit d’une option possible que l’on peut étudier. De plus, dans le cas où on l’utiliserait, il suffirait de transporter une petite quantité de champignon que l’on pourra faire pousser au niveau d’une barrière de protection, une fois sur la planète Mars par exemple. C’est une méthode qui ne couterait presque rien mais qui augmenterait significativement le niveau de sûreté des habitats.

À lire aussi : Tchernobyl, l’incendie continue


XL subscribe to our newsletter banner

Get the latest news and advice on COVID-19, direct from the experts in your inbox. Join hundreds of thousands who trust experts by subscribing to our newsletter.

Send your news and stories to us news@climaxradio.co.uk or newstories@climaxnewsroom.com and WhatsApp: +447747873668.

Before you go...

Democratic norms are being stress-tested all over the world, and the past few years have thrown up all kinds of questions we didn't know needed clarifying – how long is too long for a parliamentary prorogation? How far should politicians be allowed to intervene in court cases? To monitor these issues as closely as we have in the past we need your support, so please consider donating to The Climax News Room.